Dres Celline Brasil et Sasha Bernatsky.

Une nouvelle publication du groupe de recherche dirigé par Dre Sasha Bernatsky, sur les facteurs de risque de poussées après la réduction ou l'arrêt d'un traitement à l'hydroxychloroquine chez les personnes atteintes de lupus érythémateux systémique, a attiré l'attention dans les médias scientifiques. Cette publication sur l'identification de facteurs de risque est d'autant plus importante qu'elle arrive dans le contexte de la pandémie de COVID-19 où l'hydroxychloroquine a été ajoutée sur la liste des médicaments en pénurie de la FDA. L'étude ayant comme titre « Predictors of unsuccessful hydroxychloroquine tapering and discontinuation: Can we personalize decision‐making in systemic lupus treatment? » a été publiée dans Journal of Arthritis Care and Research.

Globalement, notre objectif était de comprendre les risques et les bienfaits de la prise d'hydroxychloroquine afin de proposer une approche personnalisée aux personnes atteintes de lupus.  Connaître les facteurs de risque menant à des effets indésirables suite à la réduction ou l'arrêt de la prise d'hydroxychloroquine était la première étape du projet. Dans notre étude publiée dans Arthritis Care and Research, nous avons observé que certains groupes de patients dont les non-caucasiens, les personnes ayant moins de 25 ans lors du diagnostic et ceux avec la maladie active ont plus de risques d'avoir une poussée de la maladie après la diminution ou l'arrêt de l'hydroxychloroquine.  Ces conclusions sont d'autant plus importantes importante qu'elles arrivent dans le contexte de la pandémie de COVID-19 où l'hydroxychloroquine a été ajoutée sur la liste des médicaments en pénurie de la FDA et que des inquiétudes ont été soulevées par rapport au sort des personnes atteintes du lupus et qui dépendent de cette médication. Les conséquences de la diminution ou l'arrêt de l'hydroxychloroquine a été un sujet prédominant lors du congrès annuel de l'American College of Rheumatology qui se tenait en novembre dernier.  Notre étude sera certainement très importante pour guider et répondre aux interrogations des médecins concernant le maintient ou non des traitements à l'hydroxychloroquine chez un patient donné, en fonction de ses facteurs de risque.  —Dre Celline Brasil, auteure principale de l'article.

Lire plus sur les sites suivants: